Revue de presse d’Osez le Féminisme !, mars 2017

Retrouvez également la revue de presse sur Storify en cliquant ici.

Nous avons entamé ce mois de mars avec la Journée internationale des droits des femmes. Une mobilisation exceptionnelle ! Ce sont plus de 40 associations féministes et syndicales qui ont rassemblé leurs forces autour d’un même mouvement et d’un même site internet : #8mars15h40. De nombreuses manifestations ont eu lieu partout en France ; à Caen par exemple, sur la place du théâtre, plus de 200 personnes ont ainsi répondu présentes à l’appel d’OLF 14. Dans une interview diffusée sur notre chaîne YouTube, la responsable de l’antenne de Tours, Mélanie Goyeau, a rappelé les enjeux fondamentaux de l’égalité femmes-hommes et présenté certaines actions menées par OLF 37.

Des revendications, des rassemblements et du féminisme ! Il en faut puisque la marque de haute couture Yves Saint-Laurent a dévoilé en mars ses nouvelles affiches publicitaires. Celles-ci ont été immédiatement décriées par les féministes et pour cause : en photo, des mannequins photographiées dans des positions humiliantes, à caractère sexuel. Rapidement, l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) a annoncé que les affiches à l’origine de la polémique avaient été retirées.

Après le sexisme dans le monde de la mode, le sexisme du monde cinématographique ! Pour la 70ème édition du Festival de Cannes, Claudia Cardinale a été choisie pour être représentée sur l’affiche officielle. Cette photographie datant de 1959 a été retouchée : sa taille, ses jambes et même ses pieds ont été amincis. Comme les publicités d’YSL, il s’agit là d’une nouvelle démonstration du culte de l’hyperminceur. Plusieurs médias et associations féministes ont vivement critiqué ces retouches.

Le 25 mars 2017, toutes les associations de lutte contre l’endométriose et de nombreuses associations féministes ont défilé à Paris à l’occasion de la 4ème édition de l’EndoMarch. Cette maladie, bien que méconnue, touche 1 femme sur 10 ; elle est source de douleurs très importantes et première cause d’infertilité chez les femmes. Cette mobilisation avait pour objectif à la fois de mettre en lumière ce phénomène que l’on tait trop souvent pendant que des femmes souffrent en silence, et de permettre à la recherche sur ce sujet, aujourd’hui quasi inexistante, de progresser.

Entre instrumentalisation des droits des femmes et démagogie, l’approche des élections présidentielles a apporté son lot d’inquiétudes à la cause féministe. L’occasion par conséquent d’interpeller les candidats pour leur rappeler que nous resterons vigilant.e.s, aussi bien durant leur campagne qu’après l’élection ; que nous nous battrons pour que les droits des femmes ne soient pas oubliés, mais également que nous dénonçons les récupérations politiques du sujet par les candidats lorsqu’il sied à leur agenda. En plus de se faire entendre au moyen des médias, Osez le féminisme ! s’est ainsi également mobilisée autour d’une nouvelle campagne Osez l’égalité et restera alerte pour défendre nos droits.

Et le monde politique n’a pas seulement été agité par l’élection puisque les victimes de Denis Baupin ont vu l’enquête pour agressions et harcèlement sexuels classée sans suite par le parquet du Tribunal de Grande Instance de Paris, du fait de la prescription des faits… tout en reconnaissant qu’ils sont “susceptibles d’être qualifiés pénalement”. Bien que la loi Tourret-Fenech, qui a réformé la prescription en matière pénale et allongé les délais de prescription pour les crimes, ait été promulguée fin février, elle n’est pas rétroactive : les victimes de Baupin ne seront donc jamais reconnues comme telles par la justice. L’agresseur politique est encore une fois impuni, le sexisme nauséabond du milieu politique demeure donc et restera un combat féministe primordial.

Retrouvez également la revue de presse sur Storify en cliquant ici.

Bonne lecture !

 ——————————————————

Merci et bravo aux volontaires en Service Civique de l’association, Fanny et Mathilde pour la réalisation de cette revue de presse !