Le 26 avril a lieu la journée internationale de la visibilité lesbienne. Une journée jusqu’ici souvent oubliée, comme le sont bien trop fréquemment les lesbiennes.

Pourtant, aujourd’hui en France, se déclarer lesbienne peut toujours constituer un réel danger. Selon une enquête de SOS Homophobie réalisée en 2015, 85% des lesbiennes interrogées ont déjà été victimes de lesbophobie. Insultes, rejets, discriminations, menaces, harcèlements, agressions physiques… sont le lot encore trop quotidien des femmes lesbiennes. Des agressions lesbophobes qui se déroulent principalement dans les lieux publics, mais aussi en famille, au travail, sur les réseaux sociaux, à l’école ou encore lors de consultations médicales.

Les conséquences de ces agressions, majoritairement masculines, sont fortes : souffrances psychologiques, traumatismes, angoisses… Nous lesbiennes sommes également contraintes d’éviter de fréquenter certains lieux et de s’empêcher toute marque d’affection. Cibles d’une double discrimination sexiste et lesbophobe, nous sommes bien souvent contraintes au silence et à la clandestinité. Les actes les plus anodins, comme tenir la main de sa partenaire, l’embrasser ou faire part de son bonheur à sa famille ou à ses collègues, nous sont souvent impossibles.

Cette invisibilisation se retrouve également au sein d’un débat qui nous concerne pourtant en premier lieu : l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. Que ce soit dans les médias ou lors des consultations organisées par le gouvernement, nous sommes trop peu invitées et écoutées.

Actuellement uniquement réservée aux couples hétérosexuels, l’ouverture de la PMA à toutes les femmes est pourtant une simple question d’égalité entre tous les couples et entre toutes les femmes. Repousser sans cesse l’adoption de ce projet de loi, c’est continuer à mettre en danger toutes ces femmes obligées de recourir à des pratiques dangereuses pour elles et leurs enfants. C’est aussi ouvrir un espace aux discours et aux actes lesbophobes, qui nous mettent chaque jour plus en danger.  Il y a urgence à agir.

Pour que cesse l’invisibilisation des lesbiennes et les actes lesbophobes, parce qu’il est grand temps qu’un projet de loi permettant l’accès de la PMA à toutes les femmes soit déposé au parlement, les militantes d’Osez le féminisme ! se rassembleront aux côtés de CQFD Lesbiennes féministes et des Lesbiennes dépassent les frontières pour la première fois à Paris, place de la République, vendredi 26 avril à partir de 19h.

Nous avons également interpellé les député.e.s sur l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, par l’envoi d’une lettre  le 24 avril, expliquant nos positions.

Retrouvez ici notre brochure explicative

Retrouvez ici notre vidéo