Bertrand Cantat continue sa tournée de concerts, mais l’impunité n’est plus de mise. Après des actions à Strasbourg, Montpellier, Grenoble, Clermont-Ferrand et Lyon, Osez le féminisme ! sera à Caen et à Rouen cette semaine. Nos équipes se mobilisent partout en France pour obtenir l’annulation des concerts (tous les concerts dans les festivals d’été ont été annulés, ainsi que celui qui était prévu à Istres la semaine dernière), interpeller le public, et rappeler la gravité des violences commises contre les femmes. Être artiste ne peut ni faire oublier ni excuser un féminicide !

La semaine dernière, des programmateurs musicaux normands ont publié une lettre ouverte dans laquelle ils défendent leur “liberté de programmer”. Nous n’acceptons pas l’injonction qui nous est faite de dissocier l’homme de l’artiste. L’artiste porte un message, non seulement par son travail, mais aussi par sa personne et ses actes en tant que personnage public. Osez le féminisme ! ne se situe pas sur le terrain de la censure mais rappelle les faits : Bertrand Cantat a tué. Et en effet cette réalité doit déranger. Ces programmateurs ont le droit de programmer les artistes qu’ils souhaitent mais nous avons le devoir de rappeler les messages véhiculés par ces choix.

Le droit à la réinsertion n’est pas le droit à être célébré. C’est bien la présence publique d’un homme qui a assassiné une femme qu’Osez le féminisme ! interroge et dénonce : le fait de programmer un concert de Cantat et d’aller l’applaudir n’a rien d’anodin, et révèle l’amnésie sociétale face aux violences contre les femmes. Ce mépris des femmes victimes de violences masculines doit déranger et faire réagir. Le temps n’est plus celui de la justice, passé, mais bien celui des choix moraux et politiques.

Les actions continueront tout au long de la tournée de Bertrand Cantat, jusqu’au 30 mai 2018 avec un grand rassemblement à Paris. Nous sommes du côté de celles qui ne sont jamais entendues ni reconnues. Notre objectif est que le rassemblement parisien n’ait jamais lieu, que la tournée soit arrêtée avant cette date. Cette mobilisation doit faire comprendre au public comme aux responsables de cette tournée, que la célébration d’un criminel ne peut plus être au programme.