#PasMaPrésidente VF

15 ans après le choc du 21 avril 2002, nous avons à déplorer une nouvelle fois l’accession du Front National au second tour de l’élection présidentielle. 15 ans après Jean-Marie Le Pen, nous devons cette fois-ci affronter Marine Le Pen, qui est non seulement son héritière au sens familial du terme, mais avant tout son héritière idéologique.

Depuis plusieurs mois, Marine Le Pen se présente comme la candidate des femmes, opérant une récupération nauséabonde des combats qui sont ceux d’Osez le féminisme ! et de bien d’autres associations féministes. Florian Philippot, son bras droit, a même été jusqu’à qualifier le Front National de parti politique féministe. Mais derrière le ravalement de façade, se cache une réalité profondément anti-féministe, que nous tenons à rappeler.

Que fait le FN quand il est au pouvoir ?

  • il supprime les subventions du Secours Populaire, comme à Hayange, alors que le Secours Populaire vient en aide aux personnes précaires, parmi lesquels de nombreuses femmes élevant seules leur(s) enfant(s) ;

  • il supprime la gratuité de la cantine pour les enfants issus de familles pauvres, comme au Pontet. Nous rappelons encore une fois que ces familles pauvres sont souvent des familles monoparentales, composées dans 85% des cas de femmes seules avec leur(s) enfant(s) ;

  • il vote contre le droit d’avorter, au Parlement européen, à plusieurs reprises, sommant même, comme l’a fait Marie-Christine Arnautu, eurodéputée FN, de faire de la réduction du nombre d’avortements un enjeu de santé publique ;

  • il vote contre le droit des femmes à travailler dans les mêmes conditions que les hommes, en expliquant entre les lignes que la place des femmes est au foyer avec leurs enfants (rapport Tarabella, Parlement européen, 2015) ;

  • il s’oppose à la lutte contre les violences masculines, parmi lesquelles le système prostitueur, puisque les député.e.s FN ont voté contre la loi du 14 avril 2016 ;

  • il tente de supprimer les subventions accordées aux associations féministes qui oeuvrent au quotidien, comme à travers cet amendement déposé (puis retiré) par Wallerand de Saint-Just, au budget de la région Île-de-France ;

  • il vote tout simplement contre l’égalité femmes-hommes, puisque les parlementaires FN se sont opposé.e.s à la loi du 4 août 2014 sur l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.

Non, le Front National n’a pas changé. Il reste un parti anti-républicain, anti-féministe, raciste. Non, Marine Le Pen n’est pas la candidate des femmes. Elle est notre ennemie, et à ce titre, nous la combattrons toujours. C’est pour cela qu’Osez le féminisme ! appelle les électrices et électeurs à faire barrage à l’extrême-droite le 7 mai prochain. Nous continuerons à nous engager pour les droits des femmes et l’égalité femmes hommes, maintenant comme après le deuxième tour, à l’aune des législatives en poursuivant la campagne Osez l’égalité. Nous resterons des féministes intransigeantes et combattrons les extrêmes droites tant qu’il le faudra !