A l’approche des fêtes de fin d’année et des repas familiaux, des femmes seront, comme toujours à cette période-là, ignorées, stigmatisées, exclues, voire agressées dans leurs propres familles. Ces femmes, ce sont les victimes de la lesbophobie et de la biephobie. 74% des lesbiennes et bisexuelles ne parlent pas de leur orientation sexuelle à toute leur famille. Cette année, Osez le féminisme ! lance une grande campagne contre la les-bie-phobie, pour des fêtes de fin d’année les-bie-friendly.

La lesbophobie, comme la biephobie, sont des discriminations sexistes : elles naissent du fait qu’une sexualité féminine autonome est considérée comme inacceptable. L’absence des hommes est perçue comme un défi lancé au système patriarcal. La haine que cela engendre a des conséquences dévastatrices sur les femmes qui en sont victimes et ce d’autant plus quand elles sont jeunes.

L’invisibilité des lesbiennes dans l’espace public ou domestique entraîne leur invisibilité dans les représentations collectives. Moins on parle des lesbiennes, moins elles sont visibles, et moins elles sont visibles, moins on en parle. Dans le même temps, les actes lesbophobes augmentent avec la visibilité des lesbiennes. Un cercle vicieux difficile à rompre, en somme.

Bulle Lesbiefamily Samia

Osez le féminisme ! lance vendredi 11 décembre 2015 sa campagne LesBieFamily, qui rappelle ce que sont la lesbophobie et la biephobie et invite chacun-e à être inclusi-f-ve dans ses paroles, ses faits et actes. Pendant deux semaines, nous proposerons plusieurs événements et actions pour dénoncer les violences dont sont victimes les femmes lesbiennes et bisexuelles, et pour encourager à la visibilisation de la diversité des familles, y compris lesboparentales.

La campagne sera lancée par un enterrement de la les-bie-phobie au Bar’Ouf le Vendredi 11 décembre à 18h, 182 rue saint martin, 75003 PARIS.

Osez le féminisme ! organise également des séances d’écriture de cartes de voeux en famille dans une ambiance les-bie-friendly afin de demander la PMA au Président Hollande :

  • A Paris : Dimanche 13 décembre à 15h30 : RDV au Fleurus, 10 Boulevard Jourdan, 75014.
  • A Strasbourg : Samedi 19 décembre à 15h30 : RDV à la Taverne Française, 12 avenue de la marseillaise. + d’infos : osezlefeminismebasrhin@gmail.com

Pour faire reculer la lesbiephobie nous demandons une réelle reconnaissance de son existence et de son caractère misogyne. Nous demandons également l’ouverture de la PMA à toutes les femmes ce qui, comme l’a montré le Haut Conseil à l’Egalité dans un Avis en mai 2015, mettrait fin à une discrimination du droit français. Cela reviendrait également à envoyer un signal fort d’inclusion des familles lesbiennes dans la société française.