Primaire des candidat.e.s “Les Républicains” : les droits des femmes passent à la trappe

Nous avons analysé les discours, programmes, pratiques politiques, et communications des candidatures au Congrès des Républicains. Le résultat est inquiétant ! Quelques années après #metoo, certains candidats semblent tout simplement avoir oublié d’inscrire dans leur programme les questions des droits des femmes et de la lutte contre les violences systémiques qu’elles subissent !

Valérie Pécresse est la seule à faire quelques propositions sur l’égalité femmes-hommes, notamment par des mesures économiques (défiscalisation des pensions alimentaires, allocations familiales dès le 1er enfant…) ainsi que des mesures de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Toutefois, elle propose un modèle d’indemnisation chômage dégressif défavorable en majorité aux femmes en situation de précarité. 

Malheureusement, ni ses propositions en faveur des femmes, ni son bilan à la Région Ile-de-France (l’action du Centre Hubertine Auclert et des campagnes contre le sexisme auprès des lycéen·nes, entre autres) ne sont mises en avant dans sa campagne : “Féminisme” serait-il un gros mot pour l’électorat des Républicains ?

Pour les autres candidats, c’est l’impasse totale : aucune proposition pour les droits des femmes dans les programmes de Ciotti, Barnier, Bertrand et Juvin.

À l’exception d’un ou deux tweets n’engageant pas à grand-chose, aucun·e candidat·e ne s’est non plus clairement positionné·e sur le sujet des violences faites aux femmes, à l’occasion de la journée internationale dédiée, ce 25 novembre.

Leurs débats ont aussi fait l’impasse sur #metoo, la lutte contre les violences sexistes, sexuelles et pédocriminelles, les inégalités salariales, la lutte contre les stéréotypes sexistes… Les droits des femmes ne sont qu’instrumentalisés pour se focaliser sur le sujet du voile dans un contexte où l’immigration domine leurs débats.

Ce silence autour des droits des femmes, question de société majeure, est d’autant plus préoccupant qu’il est totalement à rebours des aspirations des Français·es dont 68% se déclarent féministes et dont 58% estiment que la lutte contre les violences faites aux femmes doit être un objectif prioritaire pour le Gouvernement.

Jusqu’aux élections de 2022, nous scruterons et analyserons les engagements des candidat·es de tous bords, pour leur rappeler : les droits des femmes pèsent dans nos votes, nous voulons l’égalité en action !

Source : sondage de l’Institut CSA, novembre 2021

Découvrez toutes nos fiches d’analyse de programme des candidat.es :