1 femme sur 10 est atteinte d’endométriose, source de douleurs très importantes et première cause d’infertilité. Pourtant, cette maladie reste méconnue, la recherche quasi inexistante et les traitements incertains. Osez le féminisme ! se joint à l’appel des associations françaises mobilisées contre l’endométriose et participera à la 4ème édition de l’Endomarche, samedi 25 mars 14H devant la Mairie du 15è arrondissement de Paris.

L’endométriose est une maladie qui touche exclusivement les femmes, la douleur pendant la période des règles en est l’un des symptômes. A ces femmes, le corps médical et l’entourage ont souvent répondu que les règles douloureuses sont courantes, sans chercher à diagnostiquer la maladie ni à apporter une réponse à leur souffrance. Résultat : il faut en moyenne 7 ans pour diagnostiquer une endométriose, un retard qui a des conséquences lourdes sur la santé, y compris la fertilité, des femmes atteintes.

Ce retard dans la recherche médicale et le diagnostic est lié au tabou qui entoure les règles (voir notre campagne Sang Tabou) et la douleur des femmes. La construction sexiste de la médecine est également en cause. Ainsi, trop souvent, une femme qui souffre se verra répondre qu’elle est “douillette”. Il ne s’agit pas d’une sensibilité ou d’une faiblesse, mais bien d’une maladie qui a été trop souvent ignorée. Longtemps inconnue, l’endométriose émerge lentement ces dernières années dans le débat public grâce à la mobilisation d’associations et aux témoignages de femmes atteintes :

  • Une campagne “les règles c’est naturel, pas la douleur !” a été lancée
  • Le ministère de l’Education nationale s’est engagé à intégrer la prévention de l’endométriose à la formation des infirmier.e.s scolaires
  • La Haute Autorité de Santé (HAS) doit publier mi-2017 ses recommandations relatives au diagnostic et à la prise en charge de l’endométriose par les professionnel.le.s de santé.

Faire connaître et reconnaître l’endométriose est un combat féministe, qui doit nous interroger sur le rapport de notre société à la santé des femmes, et qui aidera concrètement de nombreuses patientes. Osez le féminisme ! appelle à  :

  • Accélérer la recherche et les essais cliniques pour mieux identifier les causes et les traitements possibles
  • Intégrer le dépistage de l’endométriose à la formation des médecins pour diagnostiquer la maladie le plus tôt possible
  • Déployer des campagnes de communication de grande envergure pour que les jeunes filles et les femmes puissent reconnaître leurs éventuels symptômes.