Le dimanche 17 mai 2015, journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie (IDAHOT), sera l’occasion de mettre en avant toutes celles et ceux qui luttent au quotidien contre les lesbophobies, gaiphobies, biphobies et transphobies. Mais justement, les termes de lesbophobie et bi-e-phobie sont absents de l’intitulé. Cela confirme les conclusions de l’enquête de SOS homophobie sur l’invisibilité des lesbiennes.

Le rapport « Enquête nationale sur la visibilité des lesbiennes et la lesbophobie » a mis en lumière les violences considérables dont sont victimes les femmes bisexuelles ou lesbiennes ; près de 60 % des répondantes avaient ainsi vécu au moins un acte lesbophobe au cours des deux années précédentes.

Ces violences ne sont pas isolées, elles s’inscrivent dans un contexte où une frange virulente de la société française continue de se mobiliser contre l’homoparentalité et l’égalité, mais aussi plus largement contre les droits des femmes. Osez le féminisme ! tient à rappeler le lien fort entre le sexisme et les LGBTphobies en participant à la journée internationale de lutte, une journée festive qui s’accompagnera d’un rappel de nos revendications en termes de droits et de respect des femmes victimes de cette double discrimination.

Le vote de la loi Taubira ne doit pas faire oublier la promesse du gouvernement : il est temps de poursuivre la bataille pour plus d’égalité entre couples hétérosexuels et lesbiens ! Il n’est pas acceptable qu’une femme dont la compagne a eu un enfant par PMA à l’étranger doive déposer une demande d’adoption, se livrant à l’arbitraire des tribunaux. Le deuxième parent doit être reconnu par la loi, et l’ouverture de la PMA à toutes les femmes est une urgence. Osez le féminisme ! en appelle donc au courage politique du gouvernement, et à ses promesses passées.

Le gouvernement doit œuvrer contre les violences dont les jeunes LGBT sont les cibles dès l’école, qui créent un climat dans lequel ils et elles ont toutes les peines du monde à trouver leur place.Cette situation est inacceptable. Osez le féminisme ! appelle de ses vœux la mise en place d’une politique ambitieuse de lutte contre les LGBTphobies à l’école et dans les universités. Les LGBTphobies doivent être clairement mentionnées dans les programmes scolaires, afin de lutter contre les stéréotypes qui s’ancrent dans les mentalités dès le plus jeune âge.

Pour opposer à la parole LGBTphobe un message d’égalité et de respect, Osez le féminisme ! appelle à la mobilisation de toutes et tous le 17 mai, au niveau des stands associatifs de la rue Rambuteau. Auprès du Centre LGBT et de SOS Homophobie, nous tiendrons un stand de 11h à 17h en face du MK2. Venez nous rejoindre pour montrer votre attachement à une société égalitaire !