OLF57-collecte1

Environ 350 personnes, demandeurs et demandeuses d’asile, (sur)vivent sous tentes, sur un parking avenue de Blida à Metz. Parmi ces personnes, une centaine de femmes environ. Certaines d’entre elles nous avaient fait savoir que, dans les lots distribués par les organismes de charité, il n’y avait pas de produits d’hygiène spécifiquement féminine : eh oui, le tabou des règles est partout !

Or, c’est un réel problème de santé lorsque pour palier à ce manque, les femmes utilisent du papier journal, du papier toilette, des tissus ….et risquent des infections. Le manque de protection et d’hygiène élémentaire accroît aussi la difficulté, voire paralyse les femmes lorsqu’il s’agit de sortir du camp pour faire des démarches administratives, ou autres. C’est encore pire lorsque la situation météorologique est déplorable (froid, humidité ou chaleur insoutenable…)

Nous avons donc organisé pour elles une collecte de ces produits indispensables : serviettes hygiéniques, et lingettes ou savon pour zone intime (pas de tampons, car les conditions d’hygiène infectes ne s’y prêtent pas). Cette collecte a rencontré un immense succès sur les réseaux sociaux, mais aussi dans la réalité : nous avons reçu de quoi composer 110 pochettes individuelles.

OLF57-collecte3

Nous nous sommes ensuite rapprochées des bénévoles qui travaillent directement en lien avec ces populations pour la distribution. Et nous avons vécu là un grand moment de sororité. Entre regards reconnaissants et sourires soulagés et complices, nous avons aussi été surprises d’essuyer quelques rares refus, aimables mais catégoriques. Ce fut aussi l’occasion de signifier aux hommes et aux enfants effarés (nos pochettes transparentes ont provoqué quelques bonds en arrière !) que oui, les femmes ont leurs règles, une intimité et que par là même, elle ont droit à des attentions et soins particuliers.

Nous entendons ainsi contribuer à l’éradication du tabou des règles, tout en répondant, à notre modeste échelle, à l’inégalité à la fois biologique et sexiste dont les femmes migrantes sont victimes.

Nous avons hâte de renouveler cette expérience féministe et solidaire et de la faire partager au plus grand nombre pour plus de sensibilisation, de dons et de protection.

Catherine et Véro
Osez le féminisme ! 57