Retrouvez également la revue de presse sur Storify en cliquant ici.

Alors que la mémoire de Simone Veil était encore dans tous les esprits, les Survivants, groupe anti-IVG, ont été largement dénoncés dans la presse après avoir récupéré le nom de cette grande dame pour un site internet contre l’avortement.

Le phénomène du “manspreading” a lui aussi continué à faire parler de lui en ce mois de juillet. Aujourd’hui véritable objet de lutte féministe, plusieurs municipalités dans le monde ont mis en place des campagnes de lutte contre ce phénomène au fil des deux derniers mois. À son tour, Paris rejoint progressivement le combat pour l’égalité dans les transports en commun.

Deux polémiques ont émergé dès mi-juillet, poussant Osez le féminisme ! à s’engager. Tout d’abord, face à la baisse du budget alloué aux droits des femmes pourtant déjà le plus réduit de toutes les enveloppes ministérielles puisqu’il ne représente que 0,06% du budget de l’Etat ! Osez le féminisme ! s’est mobilisée aux côtés de nombreuses associations féministes pour lutter contre cette mesure. Malgré les démentis répétés de la Secrétaire à l’égalité femmes – hommes, Marlène Schiappa, la baisse du budget est bien réelle et conséquente.

La Secrétaire d’Etat  a de nouveau suscité l’incompréhension des milieux féministes après l’annonce de la mise en place d’une VAE permettant aux jeunes parents précaires d’obtenir un CAP petite enfance. Cette initiative, largement contestée parmi les professionnel.le.s de la petite enfance, n’emporte pas l’adhésion d’Osez le féminisme !. Nos porte-paroles se sont exprimées sur le sujet en pointant du doigt le manque de justesse de cette proposition : le besoin réel est à l’accueil des jeunes enfants pour permettre aux mères de concilier vie professionnelle et vie familiale.

Nos antennes locales sont également à l’honneur dans les médias ce mois-ci : Osez le féminisme ! 13 avec le portrait de Daniella Lévy par La Provence et grâce à l’action de Osez le féminisme ! 57 qui a mis en place une collecte de produits d’hygiène féminine pour les réfugiées du camp de Blida à Metz.

Enfin, divers  sujets été analysés ce mois-ci par notre association : du sexisme décomplexé de Fort Boyard à la pétition contre les revues pornographiques dans l’espace public, en passant par la sécurité des festivalières, la dénonciation des termes de “drame conjugal” ou encore le sexisme du logo d’Adopte un Mec ; Osez le féminisme a pu exprimer à nouveau ses positions sur ces problématiques.

Retrouvez également la revue de presse sur Storify en cliquant ici.

Bonne lecture !
———————————–

Merci et bravo à Clémentine, la volontaire en Service Civique de l’association pour la réalisation de cette revue de presse !