L’Olympia vient d’annuler les concerts de Bertrand Cantat qui devaient se tenir les 29 et 30 mai prochains, par “crainte de troubles”. L’objectif d’Osez Le Féminisme ! est donc rempli : les fameuses lettres rouges de l’Olympia ne célèbreront pas Cantat. Pour autant, il reste beaucoup à faire pour que la société réagisse enfin et lutte vraiment contre les violences masculines.

Osez Le Féminisme ! est mobilisée partout en France depuis le début de l’année et s’est exprimée à plusieurs reprises pour expliquer pourquoi il est inacceptable qu’un homme qui a agressé et tué une femme soit ainsi célébré. Nous dénoncons la tolérance sociale des féminicides et des violences commises contre les femmes, ainsi que l’impunité des agresseurs. Les mortes, toutes les femmes victimes, restent quant à elles oubliées ou méprisées. Notre mobilisation s’appuie sur un constat : notre société ne peut plus à la fois dénoncer d’un côté le crime et la violence d’un homme, et de l’autre célébrer ses talents. Cette hypocrisie patriarcale, qui sert les seuls intérêts des dominants, n’a plus lieu d’être. Osez Le Féminisme ! se réjouit de la décision de l’Olympia, une première victoire pour le respect des droits des femmes.

Cependant, la crainte de troubles mise en avant par l’Olympia est étonnante. Remettons les choses à l’endroit : un rassemblement était prévu le 29 mai devant la salle de concert. Osez Le Féminisme ! appelait à cette grande action pour interpeller le public et l’opinion. Les féministes s’organisent pacifiquement, contre ceux qui exercent des violences sexistes. Seuls les tenants du patriarcat sont dérangés par ce militantisme. La responsabilité de la violence et des “troubles” dans la société doit peser sur ceux qui agressent et qui tuent, pas sur celles et ceux qui dénoncent l’ignominie !

Il aurait ainsi été préférable que l’Olympia justifie son choix par une position courageuse de soutien aux femmes et de lutte contre les violences masculines. Osez le Féminisme ! ne cherche pas à causer de troubles à l’ordre public, mais uniquement à l’ordre sexiste.

L’annulation de ces concerts montre surtout à quel point l’union collective féministe est le seul moteur du changement sociétal. C’est par ces prises de conscience et ces actions que nous faisons bouger les choses. Après l’affaire Weinstein, #MeToo, #BalanceTonPorc, et cette mobilisation contre la célébration de Cantat, plus que jamais, la parole des femmes doit être entendue et soutenue.