PERSPECTIVE FÉMINISTE MONDIALE SUR LA PANDÉMIE : À quoi s’attendre de “normal” une fois la crise terminée ? – ENOMW

Texte du Réseau européen des femmes migrantes (ENOMW). Pour voir la version originale en anglais, cliquez ici.

30 mars 2020

Au milieu de la pandémie Covid-19 et des mesures prises par les Etats pour empêcher sa propagation, le Réseau européen des femmes migrantes souhaite offrir son analyse de certains aspects de cette crise, dans une perspective féministe globale.

LES FEMMES ET LES JEUNES FILLES DEMANDEUSES D’ASILE AU CŒUR DE L’ÉPIDÉMIE

Au début de l’éruption de l’épidémie, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM) a publié un ensemble de mesures pour “aider à lutter contre COVID-19”. Pratiquement aucune d’entre elles n’a pu être appliquée dans les logements où la plupart des réfugiés sont actuellement logés. Désinfection fréquente des mains – une mesure parfaitement simple est impossible à mettre en œuvre dans les installations pour réfugiés, car la plupart d’entre elles ne disposent pas de suffisamment d’eau propre, de salles de bain ou de savon. L’ECDPC conseille de “rester à la maison ou dans un endroit désigné, dans une pièce unique, dédiée et suffisamment ventilée et d’utiliser de préférence des toilettes dédiées”, d'”éviter les foules”, de “prendre de la distance sociale”, toutes choses impossibles à maintenir car les réfugiés sont la plupart du temps entassés dans des pièces dont la capacité d’accueil est supérieure à la leur. “Avoir suffisamment de provisions pour 2 à 4 semaines” est également impossible pour les réfugiés qui n’ont pas de revenus pour stocker ces fournitures, pas d’endroit pour les acheter et pas d’espace pour les stocker. Ils ne peuvent pas non plus “activer leurs réseaux sociaux” qui pourraient être morts, disparus ou dans un autre pays.

Plusieurs initiatives de la société civile et la commission LIBE du Parlement européen ont déjà mis en évidence la “dimension des réfugiés et des migrants” de la pandémie. Cependant, aussi mauvaise qu’elle soit pour tout réfugié dans de telles situations, pour les filles et les femmes – qu’il s’agisse de celles qui sont piégées à la frontière gréco-turque, de la “fourniture directe” en Irlande ou des “points chauds” en Italie – elle est objectivement pire que ce que la plupart d’entre nous peuvent imaginer. Ne disposant déjà pas d’espaces sûrs et séparés selon le sexe qui permettraient aux femmes de subvenir à leurs besoins fondamentaux loin du regard et du harcèlement des hommes, sans intimité pour changer leurs serviettes hygiéniques, allaiter leurs bébés ou prendre des douches – déjà soumises à des violences sexuelles continues de la part des hommes, y compris des viols collectifs et des mariages forcés, les femmes des camps devront également assumer le poids des soins aux malades, de l’atténuation des risques d’infection et de la médiation de nouveaux conflits et de la violence masculine qui éclatent inévitablement au milieu de la crise.

FEMMES ÂGÉES

“Les rapports sur les personnes âgées abandonnées dans les maisons de soins ou sur les cadavres trouvés dans les maisons de soins sont alarmants. C’est inacceptable”, a déclaré Rosa Kornfeld-Matte, experte indépendante des Nations unies sur la jouissance de tous les droits de l’homme par les personnes âgées. Par ces rapports, elle entend ceux qui viennent d’Europe.

Nous avons tous entendu dire que “seules les personnes âgées sont les plus menacées”, que “pour les plus de 70 ans, le nombre de décès est élevé”, que beaucoup sont morts, “mais que la plupart d’entre eux étaient âgés”. 

Toutes ces déclarations ont mis en évidence un mépris inquiétant, quoique peu surprenant, envers les personnes âgées. Dans une société vieillissante et pourtant fixée sur la jeunesse que l’Europe est devenue, où tout, des médias au mouvement féministe, glorifie les “jeunes” et où les jeunes eux-mêmes ont été visés par les doctrines libérales de libre choix et d’autonomisation individualiste, les personnes âgées en sont venues à symboliser, dans cette pandémie, le “non désiré” au mieux et le “jetable” au pire. Si certaines initiatives ont été mises en place, telles que les heures d’ouverture des magasins et la livraison de colis alimentaires pour les personnes âgées et vulnérables, il s’agissait de mesures “supplémentaires” dans le cadre de l’initiative “le plus fort pour survivre”. Ce contexte signifie que les personnes en bonne santé, les personnes mobiles et les riches qui font des achats de panique, ainsi que les sorties irresponsables, sont toujours rassurés par le message “ce sont UNIQUEMENT les personnes âgées qui seront tuées par Covid-19”.

“Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, du moins en Europe, puisqu’elles représentent 55 % des personnes âgées de 60 ans et plus, 64 % des plus de 80 ans et 82 % des centenaires. Ces femmes ont peut-être survécu aux hommes, mais elles comptent aussi parmi les plus pauvres, souffrent de maladies chroniques et vivent souvent seules, ayant pris soin de leur mari ou de leur famille, aujourd’hui décédé. Peut-on alors supposer que ce sont ces femmes qu’il faut laisser mourir lorsque les médecins doivent donner la priorité aux patients qui ont les meilleures chances de survie ou à ceux qui ont une famille qui peut s’occuper d’eux une fois qu’ils ont quitté l’unité de soins intensifs ?

LA PANDÉMIE DE VIOLENCE MASCULINE

Si nous devons apprendre quelque chose de l’histoire, c’est qu’en temps de crise – n’importe quelle crise – ce qui éclate ensuite, c’est la violence des hommes. Dans les sociétés modernes où l’écrasante majorité des fusillades de masse et de la violence des gangs sont commises par des hommes, nous devons savoir que cette pandémie peut déclencher une vague de violence, commise par des hommes incapables de faire face aux conséquences psychologiques, financières et sociales de la crise. Ceux d’entre nous qui ont l’expérience du travail dans les zones de conflit et les régions touchées par des catastrophes naturelles savent trop bien que l’effondrement de structures sociales stables peut déclencher les vagues de violence des hommes qui semblent sans rapport avec cet effondrement. Les femmes sont la première cible de cette violence.

Le travail sur les migrations nous apprend également que les femmes s’adaptent plus rapidement aux changements de circonstances, qu’elles font preuve d’une plus grande résilience et d’une plus grande flexibilité et qu’elles sont mieux préparées psychologiquement à faire face à la perte de leur statut ou de leurs revenus. Après tout, nous sommes si nombreuses à avoir été formées à accepter notre statut de “deuxième sexe” depuis l’enfance. Les hommes, en revanche, sont souvent incapables de faire face à la perte de contrôle, au rejet ou à l’instabilité financière. Les taux de suicide globaux des hommes, comparés à ceux des femmes, nous disent exactement cela. Au moment d’une crise sanitaire comme celle-ci, avec ses conséquences psychologiques inévitables à grande échelle, la proportion d’hommes inaptes à faire face à de telles conséquences, devient également à grande échelle. Et alors que de nombreuses femmes et de nombreux hommes sont enfermés à la maison, et que le risque de violence masculine intime est réel, le risque de réactions masculinistes à grande échelle face à la crise est également réel.

De nombreux groupes féministes, ainsi que le comité GREVIO et le rapporteur spécial des Nations unies sur la violence à l’égard des femmes, ont déjà attiré l’attention sur les dangers de l’enfermement pour les femmes. La maison est un lieu où nous sommes le plus susceptibles d’être agressées sexuellement, battues et assassinées, par des hommes. Compte tenu de ce fait statistique, toute mesure conseillant ou exigeant des femmes qu’elles restent à la maison est problématique en soi.  Le choix brutal entre la nouvelle épidémie de Covid-19 et l’ancienne épidémie de violence interpersonnelle masculine est clair : si vous êtes une femme, au moment de la crise de santé publique, vous pouvez aussi bien être battue chez vous.

Il n’est pas exagéré de dire cela : en Chine, les ONG de lutte contre la violence domestique ont rapporté que les violences domestiques avaient atteint un pic pendant le confinement, 90 % des causes étant liées à l’épidémie tandis que le soutien aux survivants s’affaiblissait. Cette situation se reflète en Europe, où dans des pays comme la France, l’Italie et l’Espagne, le nombre de femmes victimes de violence cherchant et ne trouvant pas de soutien a augmenté en flèche. Le 28 mars, le Royaume-Uni a signalé son premier fémicide par coronavirus commis par un homme contre sa femme qui était en auto-isolement avec lui. À moins qu’il ne soit explicitement indiqué que leurs droits sont garantis par la loi, les femmes migrantes victimes de violence n’auront nulle part où aller, car nombre d’entre elles continuent de vivre derrière de multiples obstacles à la justice, de peur de perdre leur statut juridique.

LES FEMMES DANS LES SECTEURS DES SOINS ET DES SERVICES DOMESTIQUES

La plupart des soins, des soins infirmiers, des travaux domestiques et de nettoyage – les secteurs sous-évalués et manquant de ressources qui sont les premiers touchés par toute mesure d’austérité – sont effectués par des femmes. Ces femmes sont aujourd’hui applaudies par les fenêtres, et à juste titre, par les citoyens enfermés dans leur appartement. Mais les appréciations symboliques par les applaudissements ne changeront pas la réalité matérielle de ces femmes. Comme l’Europe continue d’importer de la main-d’œuvre bon marché, beaucoup d’entre elles sont des migrantes, qu’elles viennent de l’extérieur ou de l’intérieur de l’UE. Avec ou sans pandémie, ces femmes sont contraintes de travailler de longues heures dans des conditions précaires. Désormais, elles ne resteront plus à la maison pour s’occuper d’elles-mêmes. Au lieu de cela, elles vont travailler et s’occuper des autres car elles sont l’épine dorsale du système et, sans elles, le système s’effondre.

Les féministes ont déjà beaucoup parlé de la crise des soins que cette épidémie a révélée, mais cette crise est encore plus profonde pour les femmes qui n’ont aucune protection juridique dans ces secteurs.  Au début de la crise en Espagne, les associations de travailleurs domestiques et de soins ont dénoncé la situation des travailleurs domestiques à domicile, dont les employeurs leur interdisaient de quitter le domicile. Contrairement aux employés, elles n’ont pas droit à l’assurance ; leurs conditions de travail sont exemptées des inspections du travail ; elles ne perçoivent pas de pension. Ces femmes ne peuvent pas non plus passer au “télétravail”. Peu après, le gouvernement espagnol a annoncé des mesures économiques pour aider la population touchée par le coronavirus. Cependant, aucune mesure claire n’a été prise pour répondre aux besoins de plus de 630 000 travailleurs domestiques en Espagne, dont beaucoup sont sans papiers ou travaillent dans l'”économie grise”. À quelques rares exceptions près, les autres États européens n’indiquent pas non plus, dans leurs programmes de soutien, comment ils vont aider les centaines de milliers de travailleurs domestiques qui se retrouvent sans revenu. Ces femmes, ainsi que de nombreuses autres sans papiers, courent aujourd’hui un risque extrême d’être poussées dans des situations dangereuses et d’exploitation, notamment l’exploitation sexuelle et la poursuite du travail dans des conditions non protégées et abusives.

LES FEMMES DANS LA PROSTITUTION ET LA PORNOGRAPHIE

Si nous n’avons pas encore compris la réalité de la prostitution, le moment est venu.  Les femmes dans ce système courent le risque extrême d’être affectées, à la fois par le virus lui-même et par toutes les conséquences sexospécifiques de sa “gestion”. Pour le système de la prostitution, la mise en œuvre de la “distanciation sociale” signifie littéralement “la fin des affaires”, mais à quoi cela ressemble-t-il en pratique ?

Les femmes qui se prostituent sont en contact avec un grand nombre d’hommes, dont certains peuvent être porteurs du virus, et dont beaucoup contraignent les femmes à des actes sexuels non protégés. Un exemple de la façon dont on a conseillé aux femmes du commerce du sexe de se protéger est une note publiée par AMMAR, le syndicat argentin des “travailleurs du sexe”, qui dit aux femmes de se laver les mains pendant plus de vingt secondes et de rejeter les hommes qui ont récemment voyagé à l’étranger ou qui présentent des symptômes.  Si la prostitution était un “service”, une protection hygiénique complète serait offerte aux femmes, y compris des masques, des robes et des gants, et aucun “client” ne serait autorisé à s’approcher à moins d’un mètre.  Les soi-disant mesures sanitaires conseillées par l’industrie ont masqué la réalité dans laquelle le risque majeur n’est pas l’absence de gel assainissant mais l’acheteur lui-même, avec son droit d’être satisfait sexuellement à tout prix, et le continuum de violence masculine contre les femmes qu’il entraîne pour les femmes à endurer. La suppression du droit des femmes à dire non est à la base de ce continuum.

En revanche, les États ont adopté des approches différentes. L’Allemagne, les Pays-Bas et la Suisse – les pays qui possèdent les plus grands marchés réglementés de la prostitution en Europe – ont fermé des maisons closes et certains ont imposé des amendes pour violation de cette règle. Par rapport aux militantes féministes qui ont soutenu pendant des décennies que la satisfaction sexuelle n’est pas une nécessité humaine vitale, le Covid-19 y est parvenu en quelques jours. Même les États les plus réglementés sont clairs : les hommes peuvent se passer d’une industrie satisfaisant leurs “besoins”.

Cependant, rien n’est aussi simple dans le système désormais mondialisé de l’exploitation sexuelle.  Comme c’est le cas de tous les marchés de la prostitution dans l’UE, il est principalement constitué de femmes migrantes – provenant de l’extérieur ou de l’intérieur de l’UE – qui y sont présentes soit par la force délibérée, soit par manque de choix économiques. La plupart d’entre elles sont contrôlées par des proxénètes, à distance ou à vue ; l’écrasante majorité, même dans les États qui ont régularisé la prostitution, ne sont pas enregistrées comme “employées” et, à ce titre, n’ont pas accès aux soins de santé et aux assurances, ni aux prestations sociales. Avec la fermeture du commerce, ces femmes ont tout à perdre si l’État ne leur apporte pas un soutien immédiat et à long terme pour qu’elles ne continuent pas à faire des “choix” encore plus dangereux que ceux qu’elles faisaient déjà. Si l’on ne tient pas les proxénètes et les acheteurs de sexe responsables d’avoir poussé, contraint et exploité les femmes dans la prostitution, et si l’on ne leur fournit pas une aide matérielle pour qu’elles en sortent, l’interdiction générale du commerce du sexe portera inévitablement préjudice à la santé des femmes.

LA SANTÉ DES FEMMES ET LA REDÉCOUVERTE DU SEXE

Il est désormais établi que le Covid-19 tue plus d’hommes que de femmes. Certains disent qu’il est lié à notre système immunitaire, aux hormones féminines et à un mode de vie plus sain que celui des hommes. L’Organisation mondiale de la santé parle d’un “avantage biologique inhérent pour la femme” et d’autres scientifiques affirment que “les femmes ont un avantage immunologique majeur sur les hommes” en raison de notre double chromosome X.  Cependant, il n’y a pas de réponse claire.  Cette incertitude est due au fait que nos systèmes – non seulement le système médical, mais tout système – ne ventilent pas les données par sexe et ne répondent pas aux besoins de deux groupes distincts, les femmes et les hommes. Au lieu de cela, les hommes sont considérés comme un défaut. Caroline Criado Perez l’a clairement expliqué dans son récent livre “Invisible Women : Exposing Data Bias in a World Designed for Men” (Les femmes invisibles : exposer les données biaisées dans un monde conçu pour les hommes). Pour aggraver les choses, dans les données déjà rares sur les femmes, le concept désormais à la mode de “genre” en est venu à remplacer celui de “sexe”, faisant ainsi d’une caractéristique humaine immuable une question d'”identité”.  Mais nos corps sexués ne peuvent être réduits à une identification personnelle et cette crise mondiale a mis en évidence cette vérité inoffensive.  Sous la pression de Covid-19, certaines cliniques ont fini par admettre que la maternité de substitution – une exploitation reproductive à laquelle seules les femmes sont soumises – a un grave impact négatif sur la santé car les “mères porteuses” se voient injecter des médicaments immunosuppresseurs qui les rendent incapables de faire face au virus. D’autres, où l'”autodétermination” du sexe était devenue une pratique, ont réalisé que la bonne tenue de notre dossier sexuel est plus importante que nos sentiments à son égard. Après tout, le sexe n’a jamais été une construction “assignée” au hasard par des médecins indifférents ; il est observé à la naissance et peut faire une différence de vie ou de mort.

La question de la santé, cependant, ne se limite pas à savoir qui est le plus vulnérable aux formes graves de Covid-19. Si le sexe féminin s’est montré plus résistant, les femmes devront faire face à toute une série de conséquences sanitaires au cours de cette crise. Des infirmières et des femmes de ménage dont la santé est mise en danger sans protection suffisante, à la santé des femmes qui doivent endurer les abus à la maison, en passant par la santé mentale des mères sur les épaules desquelles repose la majeure partie de l’éducation des enfants à la maison – la santé des femmes en tant que groupe supportera les conséquences de cette crise. Et si l’on a tendance à plaisanter en disant que neuf mois après la fermeture, il faut s’attendre à une nouvelle génération de baby-boomers, la réalité est que dans de nombreux États membres de l’UE, les services d’avortement sont jugés “non essentiels” et les femmes ont du mal à accéder à la contraception. Il se peut en effet que nous ayons beaucoup de nouveau-nés dans neuf mois, mais est-ce le résultat des choix reproductifs des femmes ou d’une absence de tels choix ?

Dans les “pays en développement”, en particulier ceux qui connaissent des pénuries alimentaires ou qui accueillent le plus grand nombre de réfugiés au monde, la question de la santé des femmes est encore plus dramatique : sous la quarantaine, avec la fermeture de secteurs économiques et l’incapacité des familles à stocker de la nourriture, quel sera l’impact sur la santé des filles et des femmes compte tenu de la malnutrition déjà largement répandue chez les filles ? Comment les communautés vont-elles réagir à l’annonce que le virus est plus mortel pour les hommes, compte tenu des avortements sélectifs selon le sexe et des taux de féminicide déjà élevés ?

C’EST DANS LE NOM : LA PANDÉMIE EST MONDIALE

Si vous pensez que nous sommes mal en point en Europe, pensez à ce qui doit se passer dans les favelas du Brésil lorsque l’épidémie les frappe. Pensez aux zones dalits en Inde. Pensez aux bidonvilles du Kenya.

Lorsque Bill Gates a prononcé son Ted Talk de 2015, dans lequel il exhortait à se préparer à une pandémie, il n’a pas appliqué cette logique à ses propres actions philanthropiques.  S’il l’avait fait, il n’aurait certainement pas investi des millions dans la distribution de préservatifs dans les quartiers chauds de l’Inde, où les filles naissent de mères prostituées pour se prostituer elles-mêmes à l’âge de huit ans. Il aurait plutôt investi dans la sortie de ces femmes des bidonvilles et dans la création de conditions sociales qui décourageraient le comportement des hommes visitant ces bidonvilles. Et c’est là que le modèle capitaliste patriarcal de “faire le bien” nous a menés : malgré toutes les ressources et la technologie disponibles, le monde occidental, concentré sur la génération de profits, n’a pas réussi à investir dans les structures qui nous permettraient de faire face à une telle épidémie ou de la prévenir.

La relation inégale entre le Nord et le Sud semble également plus forte que jamais dans la gestion de cette pandémie qui affecte déjà les économies d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie. Comme chacun apporte dans la conversation Ebola, nous n’oublierons pas que l’épidémie d’Ebola a été perçue en Europe comme quelque chose de “loin de nous”. Elle n’avait pas ébranlé le système social, économique et politique mondial, laissant le continent africain faire face à la crise par lui-même.

Bien que le “Sud” ait pris des mesures préventives pour contenir le Covid-19, plusieurs pays en paient déjà le prix fort, à commencer par les régimes autoritaires qui profitent de la situation, lancent des campagnes politiques dures et, dans l’intervalle, détiennent et torturent les dissidents, tandis que le monde est trop occupé à surveiller la pandémie. Pire encore, lorsque les médias, les groupes de réflexion et les organisations de la société civile analysent le Sud, ils se concentrent principalement sur l’impact économique, sans mentionner la manière dont cet impact se répercutera sur la vie des femmes et des filles.

Cela signifie que dans les pays où la violence domestique n’est toujours pas traitée comme telle, en quarantaine ou en isolement, ses taux vont augmenter sans qu’on s’en rende compte. La violence masculine évoquée ci-dessus fera éclater ses conséquences sur la stabilité politique dans les pays qui sortent de conflits et de guerres, et, inévitablement, sur les femmes et les filles. Là où les droits financiers et de propriété des femmes sont faibles et où les revenus des femmes, y compris des veuves, des mères célibataires et des étudiantes, constituent leurs gains quotidiens en dehors des économies formelles, des millions de femmes seront poussées de la pauvreté à l’extrême pauvreté. Il n’y aura pas de mesures pour les femmes qui travaillent comme domestiques ou comme soignantes, dont beaucoup vivent déjà dans des conditions proches de l’esclavage.

Comme l’a dit Simone De Beauvoir, “N’oubliez jamais qu’une crise politique, économique ou religieuse suffira pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes tout au long de votre vie”, et elle avait raison. La conséquence à grande échelle de cette pandémie à laquelle nous devons être prêts à faire face n’est pas seulement la crise économique. Nous devons être prêts à faire face au recul des droits des femmes – de toutes les femmes du monde – dans une période antérieure à la CEDAW. 

La pandémie a monopolisé l’attention de tous, avec le risque réel que les grandes questions relatives aux femmes soient oubliées. Le féminicide, les mutilations génitales féminines, les mariages forcés, les viols ne sont que quelques violations qui risquent de sombrer dans le silence. Toutes ces violations seront amplifiées dans les camps de réfugiés et de personnes déplacées à travers le monde. Les droits économiques des femmes risquent d’être considérés comme “secondaires”, tandis que de plus en plus de femmes chercheront à quitter les zones dévastées, risquant de tomber entre les mains de trafiquants et d’exploiteurs.

UNE FENÊTRE D’OPPORTUNITÉS : RÊVER, SŒURS, ET SE BATTRE !

Certains disent que “nous reviendrons à la normale une fois la crise terminée”, mais pour beaucoup d’entre nous – si ce n’est la plupart – il n’y avait pas de normale au départ. La normale n’existait pas pour la plupart des femmes en Europe, malgré le fait que le président de la nouvelle Commission européenne soit une femme. Elle n’existait pas pour la plupart des migrants et des réfugiés. Elle n’existait pas pour la plupart des mères, des personnes âgées, des travailleurs. Il n’y a jamais eu de “normal” pour les femmes dans la prostitution.

Il est maintenant temps de l’admettre. Il est temps de se demander à quoi devrait ressembler la normalité, dans une perspective féministe globale.

Si certaines d’entre nous n’ont pas encore compris que nous vivons dans un monde globalisé, l’ampleur de cette crise doit servir de preuve. Si Covid-19 peut se répandre à l’échelle mondiale, les idéologies et les mouvements le peuvent aussi ; négatifs et positifs ; destructeurs et, aussi, transformateurs.

La pandémie mondiale a ouvert une fenêtre à certains pour profiter de la distraction mondiale, pour éviter l’exposition et la pression de la violence qu’ils commettent chaque jour contre les femmes et les filles. Mais elle a également ouvert une fenêtre pour réévaluer nos priorités en tant que société et voir clairement ce qui apporte des avantages à quelques-uns, par opposition à la prospérité pour beaucoup. Pour nous, militantes féministes et alliées, elle a ouvert la voie à une nouvelle vision d’un monde sans violence masculine, sans objectivation sexuelle des femmes et des filles, sans corruption patriarcale au sein des institutions et sans exploitation mondiale. Un monde dans lequel nous ne serons pas empêchées de nous exprimer en faveur de la libération des militantes en Arabie saoudite, d’appeler les gouvernements à mettre fin au système de la prostitution, d’exiger que les droits des soignants et des travailleurs domestiques soient respectés en tant que droits des travailleurs.

Il est maintenant temps d’être plus audacieuses et unifiées, en tant que femmes du monde entier, pour exiger que les droits humains des femmes, la perspective féministe de leur réalisation et les cadres internationaux tels que la CEDAW et la déclaration de Pékin pour lesquels nos aïeules du monde entier se sont tant battues, soient placés fermement au centre de l’agenda politique mondial, à commencer par notre maison qu’est l’Europe.

______________________________________________________________________________

Le Réseau européen des femmes migrantes (ENOMW) est une plateforme féministe européenne d’ONG de femmes migrantes qui défendent les droits, les libertés et l’égalité des femmes et des filles migrantes, réfugiées et des minorités ethniques en Europe.

www.migrantwomennetwork.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *