Revue de presse d’Osez le Féminisme !, décembre 2016. 

Retrouvez la revue de presse sur Storify.

Nous avons clôturé l’année 2016 avec une excellente nouvelle, la libération de Jacqueline Sauvage. Le 28 décembre, François Hollande lui a accordé la grâce totale, ce qui a mis fin immédiatement à sa détention. Le lendemain matin, dans l’émission Bourdin direct, notre porte-parole, Raphaëlle Rémy-Leleu a été invitée à réagir sur la libération immédiate de Jacqueline Sauvage. Elle a ainsi déclaré : “ Ce n’est pas un cadeau de Hollande, cette grâce lui a été arrachée. “  En effet, durant des années nous avons été nombreuses à manifester contre la détention de Jacqueline Sauvage. Grâce à cette mobilisation qui n’a cessé d’accroître et grâce à ces soutiens qui n’ont cessé de se multiplier, Jacqueline Sauvage est désormais libre ! Souhaitons lui le meilleur à venir.

Nous nous sommes donc réjouies ! Mais également énervées ! En effet, le 17 décembre, sept millions de français ont visionné un programme dès plus ringard et sexiste… le concours Miss France ! A cette occasion, Osez le féminisme ! a été de nombreuses fois sollicitée par les médias afin d’affirmer son positionnement. Au delà du fait que les Miss soient soumises à certains critères comme la minceur, la taille (1m70 et plus) ou encore le célibat, il  est étonnant – comme l’a souligné Claire Serre-Combe – que l’on éprouve encore aujourd’hui le besoin de mettre en concurrence des femmes notamment sur des critères physiques. D’ailleurs, et cela est désespérant, Miss France est la seule émission de l’année où les femmes sont majoritaires sur un plateau télévisé.

Les Miss, le rose, les paillettes et.. les jouets sexistes ! A l’approche de Noël, nous avons repris notre campagne Marre du Rose afin de dénoncer les jouets genrés. Osez le  Féminisme 37 ! a lancé sa propre chorale de Noël dans les rues de Tours le 17 décembre. Ainsi, les Tourangelles et les Tourangeaux de passage pouvaient alors écouter : “ Il est né le divin enfant, sortez des jouets stéréotypés “ chanté par plusieurs militantes. Leur but ? Interpeller les passant.e.s et de les sensibiliser aux différences de jouets en fonction du sexe de l’enfant. Bravo !

Enfin, fin décembre s’est traduit par une crainte. En effet, à partir du 1er Janvier, divorcer à l’amiable sans juge est possible. Il suffit désormais d’un avocat pour chaque conjoint, d’une convention signée par les deux parties puis enregistrée chez un notaire. Cette mesure devrait permettre de désengorger les tribunaux. Cependant, elle s’avère très dangereuse pour les droit des femmes. Dans le communiqué de presse Le divorce « par consentement mutuel », le CNDF rappelle que lorsqu’il y a des violences dans le couple, les femmes qui en sont victimes souhaitent que la séparation se fasse le plus vite possible et souvent, elles sont prêtes à brader leurs droits.

Pour accéder à plus d’informations sur ces sujets, vous trouverez notre revue de presse sur Storify.

——————————————————

Merci et bravo aux volontaires en Service Civique de l’association, Fanny et Mathilde pour la réalisation de cette revue de presse !