“Les hommes gagnent toujours” : les survivantes “écœurées” par le verdict d’Amber Heard

Peu importait le verdict – comme le dit une survivante de violences conjugales, “cette affaire est ma plus grande peur en train de se dérouler sur une scène publique”

Traduction de l’article “‘Men Always Win’: Survivors ‘Sickened’ by the Amber Heard Verdict” paru dans Rolling Stone, le 01/06/22

Au cours des dernières semaines, Meghan a regardé le procès Johnny Depp-Amber Heard avec l’estomac noué. Il y a quelques années, elle avait été impliquée dans une rupture litigieuse avec son mari de l’époque après des années de violence physique et émotionnelle, qui l’avait amenée à appeler la police à plusieurs reprises. Comme Heard, Meghan, dont le Rolling Stone a choisi de ne pas divulguer le nom de famille, avait enregistré ses crises de rage et ses menaces de violence et d’automutilation, pour le cas où, dit-elle, “s’il me tuait, il y aurait des preuves”. Comme Heard, quand elle a parlé de son ex, elle a reçu une lettre de son avocat l’accusant de diffamation ; et comme Heard, elle dit que l’avocat de son ex a également tenté de faire valoir qu’elle souffrait d’un trouble de la personnalité borderline, une forme de maladie mentale, pour essayer de la discréditer.

Meghan a d’abord essayé d’éviter le procès Depp-Heard autant qu’elle le pouvait, car cela lui a fait subir des réactions traumatiques. Mais tout au long du procès, tout, des cheveux et des vêtements de Heard à son témoignage en larmes, est devenu du grain à moudre pour d’innombrables mèmes, tandis que le comportement arrogant de Depp sur le stand a inspiré autant de vidéos TikTok, la crypto-monnaie et des produits dérivés sur Etsy. L’affaire était inévitable. “C’était bizarre de voir des ami·es que je pensais me soutenir poster des mèmes dégoûtants d’Amber Heard”, dit-elle. Quand elle a appris que Depp menaçait Heard d’une “humiliation globale et totale” après avoir formulé les allégations de violences qu’elle a exprimées contre lui, c’était trop pour Meghan : son ex l’avait longtemps menacée de la même chose.

“Cette affaire est ma plus grande peur en train de se dérouler sur une scène publique”, dit-elle. « [Ça] me dit que [mon ex] avait raison. S’il le voulait, il pourrait me détruire et m’humilier au-delà de toute réparation.”

Ce sentiment a été exacerbé mercredi 1er juin après qu’un jury de Fairfax, en Virginie, a déclaré Amber Heard coupable d’avoir diffamé Depp dans un éditorial de 2018 pour le Washington Post, dans lequel elle s’est identifiée comme un visage public des survivantes de violence conjugale, sans nommer explicitement Depp. Malgré les photos de ses blessures, les enregistrements vidéo des effondrements de Depp et des témoignages à l’appui, il a reçu 10 millions de dollars plus 5 millions de dollars en dommages et intérêts punitifs. Heard a également reçu 2 millions de dollars pour avoir remporté un point dans son contre-procès.

Mais en vérité, l’issue de ce procès très médiatisé a été décidé par le tribunal de l’opinion publique il y a des semaines. Des personnes sur les réseaux sociaux se sont rangé·es massivement de côté de la star bien-aimée de Pirates des Caraïbes, des millions de fans et même de marques et de célébrités ont fustigé Heard et l’ont accusée d’avoir inventé les allégations contre Depp de toutes pièces, provoquant des hashtags comme #AmberTurd et #JusticeForJohnnyDepp qui ont trendé dans le monde entier.

“C’est essentiellement la fin de #MeToo”, a déclaré à Rolling Stone la Dre Jessica Taylor, psychologue, docteure en psychologie médico-légale et autrice de deux livres sur la misogynie et les violences. “C’est la mort de tout le mouvement.”

Au moment du verdict, les victimes d’agressions sexuelles ont exprimé leur déception face à la décision, même si elles n’en ont pas été surprises. « Je ne pense pas que ce soit inattendu. Mais c’est horrible », dit une survivante, qui a elle-même fait l’objet d’une plainte en diffamation après s’être manifestée contre son propre agresseur (et a demandé que son nom ne soit pas divulgué pour des raisons juridiques). Elle dit que la plainte a été abandonnée, mais que regarder Heard être traînée dans la boue pendant le procès lui a rappelé des souvenirs de sa propre expérience, qui, selon elle, a été traumatisante et l’a amenée à envisager le suicide.

“Je suis vraiment contente de penser que mon affaire n’a pas avancé. Et stupide de penser que j’aurais pu gagner”, dit-elle. “Les hommes gagnent toujours.”

Organisations survivantes attaquées

Pendant la majorité du procès, de nombreuses organisations qui défendent les survivants sont restées silencieuses, choisissant de ne pas peser d’un côté ou de l’autre jusqu’à ce qu’un verdict soit rendu. (L’organisation #MeToo a publié une déclaration tiède en faveur des “survivant·es” en général, sans s’aligner sur Heard ou Depp par leur nom.) Mais cela n’a pas empêché les fans de Depp d’envoyer des messages harcelants et violents à ces organisations, les accusant de prendre parti en faveur de Heard.

“Je fais ce travail depuis 30 ans et nous avons eu des cas très médiatisés”, déclare Ruth Glenn, directrice générale de la National Coalition Against Domestic Violence (NCADV) et elle-même survivante. “Mais je n’ai jamais rien vu de tel.” Elle attribue la ferveur autour de Depp à “sa longévité dans le monde des célébrités [et] les ressources à sa disposition pour déployer des machines de relations publiques… il a été en mesure de contrôler le récit et ce procès.”

Maureen Curtis, vice-présidente des programmes de justice pénale de l’organisation d’aide aux victimes Safe Horizon, a déclaré que le verdict est “un moyen de plus de faire taire les survivantes et de leur retirer la seule véritable option qu’elles peuvent avoir” en dénonçant leurs agresseurs dans les médias. Cela semble déjà se produire. Taylor dit qu’elle a déjà été contactée par “des centaines” de survivantes souhaitant se rétracter des déclarations publiques qu’elles ont faites dans la presse, ou retirer des poursuites judiciaires contre leurs agresseurs. Elle dit que le verdict “ouvre les vannes” pour de futures affaires de diffamation. “Les survivantes qui regardent cela repenseront tout ce qu’elles disent à voix haute sur ce qui leur est arrivé, et le potentiel d’être poursuivies et traînées dans une procédure judiciaire pour avoir dit quelque chose qu’elles savent être vrai, mais elles pourraient être reconnues coupables de diffamation”, dit-elle. “C’est une situation effrayante.”

Cici Van Tine, ancienne DA et avocate spécialisée dans les affaires de divorce dans le Massachusetts, note que ce ne sont pas seulement les déclarations à la presse qui peuvent causer des problèmes : “Les gens doivent savoir et faire attention : lorsqu’ils donnent leur avis sur Facebook et Instagram et qu’ils pensent qu’ils se lâchent avec leurs ami·es, il y a une audience.”

De nombreuses survivantes à qui j’ai parlé ont déclaré que le verdict était sans importance pour elles et qu’elles hésitaient à partager leurs histoires avec des êtres chers qui ont exprimé leur soutien à Depp. “Je ne suis pas sûr que le résultat à ce stade importe du tout”, déclare une survivante qui a demandé que son nom ne soit pas divulgué. “Les gens qui ont décidé que les femmes sont des menteuses et que les agresseurs sont des victimes de façon symétrique ne seront pas influencés. Et les dommages causés aux victimes en termes de silence et de peur ont déjà été faits, donc la machine de relations publiques de Johnny Depp a gagné.”

Pas de “victimes parfaites”

En particulier, le procès a souligné l’idée que les victimes de violences doivent adhérer à un ensemble de normes rigides pour être crues lorsqu’elles racontent leur vécu. “Cette saga a été horrible à regarder se dérouler parce que nous plaidons une fois de plus à quel point il faut être une victime “parfaite” pour être vue comme telle. Les gens regardent les femmes riposter [contre] la violence et l’utilisent comme preuve pour étayer le récit de l’agresseur selon lequel les deux parties ont également tort”, dit la survivante.

Heard est loin d’être une victime parfaite – elle a admis avoir frappé Depp au moins une fois, et dans les enregistrements, on peut l’entendre le narguer et le rabaisser. Mais selon Glenn du NCADV, l’idée que ce que le couple aurait vécu constituait une “violence mutuelle”, comme l’a témoigné leur ancien thérapeute, est manifestement fausse et néglige ce que savent les expert·es en violences conjugales sur les dynamiques de la violence. “[La violence mutuelle] n’existe pas. Vous avez un agresseur principal et une victime principale”, dit-elle. “Ce qui pourrait se passer, c’est que vous avez une survivante qui fait ce qu’elle a à faire pour se défendre… mais quand des cliniciens qualifient cela de” violence mutuelle “, c’est très nocif.” Elle dit que le fait que le procès ait été diffusé en direct pour que des centaines de milliers de personnes le consomment quotidiennement comme divertissement continuera d’infliger des dégâts même après le verdict. “Cela aurait pu être arrêté il y a des semaines par le système judiciaire”, dit-elle.

D’autres expert·es de la violence conjugale ont été horrifié·es en regardant les méthodes traditionnellement employées pour discréditer les survivantes – comme les diagnostiquer avec une maladie mentale – utilisées sur la scène mondiale, avec la Dre Shannon Curry, une psychologue clinicienne et médico-légale qui a témoigné au nom de Depp, diagnostiquant Heard, qu’elle n’a jamais suivie, avec un trouble de la personnalité borderline et un trouble de la personnalité narcissique, liant à tort ces troubles à la violence physique. “J’entends des femmes au Royaume-Uni, au Canada. Tou·tes les avocat·es utilisent la même tactique – ils/elles les positionnent comme hystériques, vénales, malveillantes, en quête de vengeance, émotionnellement instables, ayant des troubles de la personnalité”, explique Taylor. “Cela fournit une marche à suivre pour discréditer les femmes.” Le verdict de Depp, dit-elle, ne fera que rendre ces tactiques plus répandues dans une salle d’audience. 

Le procès a eu pour effet d’envoyer les survivantes dans une spirale qui les a fait revivre non seulement les détails macabres des violences qu’elles ont subi, mais aussi leurs conséquences – en particulier, en regardant leur agresseur s’en tirer. Glenn s’est sentie mal en voyant des images de Depp se tenant devant le palais de justice devant une foule de fans. “Le regarder faire des bisous et arrêter sa voiture et faire signe de la main – si vous avez été tellement diffamé que vous avez dû porter cela devant un tribunal, vous devriez vous comporter avec dignité et avec le sérieux qui conviennent”, dit-elle, qualifiant son comportement de “dégoûtant”.

La fin de #MeToo

Dans le sillage du mouvement #MeToo, qui a montré à quel point les agresseurs sont omniprésents et a donné la parole aux survivantes du monde entier, il semble inconcevable qu’une femme puisse présenter une allégation de violence sexuelle et physique contre un homme éminent et être vilipendée dans la mesure où Heard l’a été. Certain·es ont suggéré que l’antipathie envers Heard pourrait être un contrecoup du mouvement #MeToo, et que le contingent pro-Depp est un mouvement en ligne mené par les militants des droits des hommes (MRA) qui mijote depuis longtemps et qui a récemment été coopté par les fans. Mais Curtis, pour sa part, pense que c’est plus simple que cela. “Pourrait-il s’agir d’un contrecoup contre le mouvement MeToo parce que c’était une époque où les survivantes se faisaient entendre ? Oui, je pouvais voir qu’il y avait un refoulement”, dit-elle. “Mais ce n’est pas nouveau. Cela se passait aussi avant le mouvement MeToo. C’est quelque chose que nous avons vu depuis le début.”

Au moment où la culture en général accepte les dégâts causés par le procès et sa couverture médiatique, il est peut-être trop tard. Heard pourrait un jour obtenir la rédemption accordée par le regard du public aux femmes célèbres auparavant vilipendées, mais ce sera probablement longuement après que des milliers, voire des centaines de milliers de femmes soient réduites au silence à la suite du verdict contre elle. Et les survivantes doivent faire face aux implications attachées au verdict : que les femmes qui se présentent contre des hommes puissants peuvent non seulement ne pas être crues, mais activement punies.

“Je suis dégoûtée. C’est un bâillon sur la bouche des victimes qui commençaient à peine à parler”, a déclaré Meghan immédiatement après le verdict. “J’ai envie de crier. J’ai envie de vomir. J’ai envie de démolir chaque palais de justice brique par brique parce qu’il n’y a pas de justice dans notre société. Tout cela semble dramatique, je suppose. Mais quand [Heard] a écrit qu’elle ressentait la colère de notre culture, Depp l’a pris comme un défi personnel.”