Le monde dénonce le Canada pour violation des droits humains internationaux

Témoignages mondiaux sur l’impact du soutien de la société Mindgeek / Pornhub par le gouvernement canadien sur la violation des droits humains internationaux

Des organisations féministes canadiennes travaillant en collaboration avec des organisations du Sud et des pays du Nord lancent un appel à l’action immédiate du Parlement canadien pour protéger les victimes de viol et de torture en ligne.

Des millions de filles et de femmes dans le monde, victimes et survivantes de violences dont les vidéos sont partagés sur des plateformes pornographiques, ont subi de graves violations de leurs droits humains alors que le gouvernement canadien n’a pris aucune mesure pour mettre fin au partage d’images à but lucratif par MindGeek/Pornhub. Ces femmes souffrent individuellement et collectivement de préjudices importants à long terme, notamment de meurtres, de menaces, de blessures physiques et mentales, de souffrances émotionnelles, de pertes économiques et/ou d’atteintes substantielles à leurs droits fondamentaux.  

Il s’agit d’un appel mondial au Parlement canadien pour qu’il respecte non seulement ses propres lois, mais aussi ses engagements internationaux sur les droits de la personne. Pourquoi le gouvernement ignore-t-il ses obligations internationales ?

C’est un oxymore que de demander si les femmes “consentent” aux viols filmés, aux passages à tabac, aux enlèvements et autres violations des droits de la personne qu’elles subissent dans le cadre de l’industrie pornographique. Ce n’est pas au contribuable canadien de payer MindGeek/Pornhub pour diffuser des vidéos pornographiques violentes de femmes extrêmement vulnérables dans des pays où leurs enfants meurent de faim, où elles sont victimes de conflits et de crises, où elles ont dû émigrer et où elles sont confrontées à un manque structurel d’opportunités.

C’est le travail des sociétés milliardaires comme MindGeek/Pornhub d’ASSUMER que le trafic et le crime organisé existent dans le contexte de la production pornographique du Sud. C’est l’obligation de MindGeek/Pornhub d’ÉLIMINER toutes les vidéos d’abus criminels provenant du Sud.  MindGeek/Pornhub n’est pas une plateforme sûre, mais une plateforme où des violations graves, massives, sérieuses, systématiques et flagrantes des droits humains des femmes et des filles se produisent à chaque seconde.

Les organisations féministes canadiennes et internationales exigent que le Parlement prenne des mesures immédiates pour protéger les victimes contre le fait que les violences qu’elles subissent soient filmées et diffusées au profit du crime organisé à l’échelle international.  Nous demandons au Canada de respecter non seulement ses propres lois, mais aussi les lois internationales sur les droits de la personne qu’il a ratifiées.  

Citations :

“Le gouvernement canadien doit prendre au sérieux les allégations de contenu illégal et violent sur les plateformes Mindgeek/Pornhub et leurs conséquences sur les femmes et les enfants du monde entier.  Les lois qui existent déjà doivent être appliquées par les forces de l’ordre canadiennes.  Nous devons également nous assurer que le Canada respecte ses obligations internationales en empêchant l’affichage de contenu Internet qui encourage la violence contre les femmes et les enfants”. 
– Charlie Angus, député de Timmins, Jay Bay, Ontario 

“La plupart des femmes indiennes utilisées sur Pornhub ne savent même pas que les vidéos de leurs viols sont vendues à profit dans le monde entier.” 
–  Vaishnavi Sundar (Inde- ENG) autrice, cinéaste et militante des droits des femmes du sud de l’Inde qui a fait campagne pour les droits sexuels des femmes. Elle est le contact national de la Campagne pour les droits humains des femmes (WHRC).

“Le Canada, comme la France, est un membre du G7 qui promeut une législation progressive contre l’exploitation sexuelle.Ce pays a la responsabilité de décourager la demande qui mène à la traite à des fins d’exploitation sexuelle.”  
– Alyssa Ahrabare (France/Maroc – FR) juriste, porte-parole d’Osez Le Féminisme ! Chargée de projet du Réseau européen des femmes migrantes et co-animatrice de son mouvement de jeunes femmes Radical Girlsss. 

“Le consentement n’est pas pertinent dans les cas de trafic et bien que les vidéos de ces femmes aient été téléchargées sur Pornhub, la plupart d’entres elles ne savent pas que ces vidéos circulent sur internet. Certaines ont été tuées ou ont disparues après que des vidéos d’elles aient été partagées sur ces plateformes. Ces femmes ne peuvent pas élever leur voix contre MindGeek”. 
– Rita María Hernández (Mexico-ENG) – militante qui a travaillé pendant plus de dix ans dans des services de première ligne proposés aux femmes et aux filles victimes de la traite et de la prostitution, notamment à la frontière entre le Mexique et les États-Unis, actuellement directrice de la politique et du plaidoyer chez Rescue Freedom International.   

“Pornhub promeut une culture du viol à l’échelle mondiale, et profite ensuite de la répétition de la violence masculine contre les filles et les femmes, dans des cycles de torture sans fin.”  
– Nerea Novo (Espagne -ENG) – journaliste, analyste de données et activiste à Feminicidio.net, un observatoire de la société civile sur la violence contre les femmes en Espagne spécialisé dans la documentation des fémicides et des agressions sexuelles collectives dans le pays.

“Les femmes des pays du Sud vivent l’injustice socio-économique, les conflits armés, les urgences humanitaires. La production, la distribution et la consommation de pornographie sont un abus de pouvoir et une position de vulnérabilité. ” 
– Esohe Aghatise (Nigeria/Italie -ENG) – juriste, militante des droits des femmes et experte des Nations Unies sur la traite des êtres humains, ainsi que directrice exécutive de l’association Iroko Onlus, qui fournit des services aux victimes de violence sexuelle et de traite en Italie.  

“Le Canada est devenu un violateur flagrant des droits humains des femmes et des filles dans le monde entier, car il ne parvient pas à prévenir et à poursuivre les actes répréhensibles commis sur les plateformes pornographiques de MindGeek.”  
– Dr. Gail Dines (États-Unis -ENG) – Professeure émérite de sociologie et d’études féministes qui effectue des recherches et écrit sur l’industrie pornographique depuis plus de 30 ans. Elle est la présidente de Culture Reframed, une organisation à but non lucratif qui se consacre au développement de la résilience et de la résistance des jeunes face aux impacts néfastes de la culture pornographique.

Rendez-vous le 15 juin 2021, à 17H (11am EST) sur Zoom !
Lien pour se connecter : https://us06web.zoom.us/j/88598049984