LA REVUE DE PRESSE DE SEPTEMBRE-OCTOBRE D’OSEZ LE FÉMINISME !

Mobilisation contre la GPA à Paris

Aux côtés du CIAMS, nous avons mené une action contre la marchandisation du corps des femmes et le trafic d’enfants que permet la gestation pour autrui (GPA).

Nous étions devant le salon commercial « Désir d’enfant » au cours duquel des agences viennent proposer leurs services à des couples pour que ceux-ci commandent des bébés à l’étranger via l’exploitation reproductive de femmes. 

Notre initiative a été relayée ici !

Les militantes d’Osez le Féminisme ! lors de la mobilisation à Paris

La polémique de Maeva Ghenam rappelle une fois de plus les injonctions sur le sexe féminin

L’influenceuse Maeva Ghenam a fait polémique en faisant, avec son gynécologue, la promotion de la chirurgie esthétique de la vulve sur Instagram. Ses propos ont choqué : “Ça rajeunit le vagin, c’est trop bien. Je trouve que c’est super important d’avoir un beau vagin.”

Les haters s’en sont rapidement pris à Maeva pour confondre “vagin” et “vulve” et pour prôner un certain type de vulve. Cependant, quand une femme traite son corps comme un objet de performance esthétique à améliorer selon des normes objectifiantes et pédocriminelles, il faut s’attaquer au système patriarcal, qui lui a inculqué ces notions. D’autant plus que peu de personnes se sont insurgées de la publicité déguisée au gynécologue alors que c’est illégal.

Toutes les filles apprennent depuis l’enfance que leur corps sert à un but : être désirable par les hommes. Ces injonctions, nous les vivons toutes. La plupart s’y conforment car le système fait bien son travail. Faire preuve d’empathie pour ces femmes est une démarche féministe. Attaquons nous plutôt au patriarcat, et au porno qui a imposé l’épilation intégrale du sexe aux filles et aux femmes, qui nous pousse à détester nos vulves et nos lèvres !

Nos propos sur le sujet ont été repris ici, ici et !

Les candidat.es à la primaire écologiste sont-elles et sont-ils féministes ? Notre féministomètre vous donne toutes les réponses !

Durant cette année d’élection, Osez le féminisme ! a analysé pour vous le programme des candidat.es d’Europe Ecologie Les Verts en matière de droits des femmes : de féministe à misogyne, en passant par Feminist Washing, nous décryptons le programme politique, les allocutions et communications de tout.es les candidat.es !

Les promesses d’égalité femmes-hommes, c’est facile à faire… Mais de véritables engagements, concrets, chiffrés, ambitieux, c’est autre chose… Nous avons analysé leurs discours, leurs programmes, leurs pratiques politiques, leurs tweets (scrutés sur 2 mois de campagne du 1er juillet au 31 août 2021) et le débat sur France Info le 5 septembre. Le résultat est étonnant !

Sandrine Rousseau ressort en tête de notre féministomètre, même si on aurait aimé une communication plus ferme contre le système prostitutionnel et un engagement concret concernant le budget sur les violences. Bon dernier, Jean Marc Governatori ne fait même pas semblant de défendre les droits des femmes… Retrouvez notre féministomètre pour découvrir l’analyse des 5 candidat.es en détail !

On en a parlé ici et !

Notre féministomètre de la Primaire des Verts

“Grooming” : les mécanismes de contrôle et de domination des agresseurs

“Inspirer confiance en se faisant passer pour un enfant, flatter l’égo ou promettre monts et merveilles pour mieux amadouer : c’est tout un arsenal de mécanismes d’emprise, appelés en anglais « grooming », qui préparent les victimes à l’agression.” 

Notre porte-parole Widad Hamri a commenté ce phénomène dans le magazine Elle : “Le grooming est systématique dans les violences sexuelles contre les enfants […] Ce sont des techniques mises en place en amont pour mettre l’enfant sous emprise. Quand la confiance est gagnée, l’agresseur passe à l’acte.”

La justice clôt l’instruction sur les accusations de viol visant Gérald Darmanin

Suite à la décision de la justice de clore l’instruction sur les accusations de viol visant le Ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, notre porte-parole Céline Piques s’est exprimée dans une interview sur France Info : “Nous sommes en colère contre cette justice qui échoue face à la libération de la parole des femmes.”

Elle a dénoncé l’échec de la justice à caractériser la contrainte liée à la situation de pouvoir de Gérald Darmanin. “C’est incompréhensible et cela montre encore une fois que 99% des violeurs ne seront jamais condamnés parce que la justice n’arrive pas à caractériser la contrainte liée à la situation de pouvoir […] Cette énième affaire est pour moi une énorme défaite de la justice française, 4 ans après #Metoo, comme à peu près toutes les affaires qui ont été dévoilées depuis, PPDA, Denis Baupin, Richard Berry, il n’y a pas une seule condamnation et c’est scandaleux”.

Les journées du matrimoine à travers les actions de nos antennes !

À l’occasion des Journées du Matrimoine, Osez le féminisme ! a multiplié les événements partout en France afin de féminister la culture et d’honorer notre matrimoine ! 

Osez le féminisme ! 67 a organisé une visite de Strasbourg pour redécouvrir la ville à travers l’histoire des femmes alsaciennes ! 

Quant à notre antenne à Tours, les militantes ont affiché le message “Faisons une place monstre aux femmes” sur la statue du monstre sur la place du Grand-Marché à Tours. OLF 37 a également fait une action pour réclamer “des noms de femmes pour les bâtiments publics, tel qu’un lycée Rosalind Franklin [une physicochimiste anglaise] ou un parc Françoise d’Eaubonne [femme de lettres]”.

D’autres actions féministes ont eu lieu un peu partout en France, notamment dans nos antennes à Avignon ou encore à Metz !

Journées du matrimoine dans l’antenne d’OLF à Tours

Comment le célibat remet en question le modèle hétérosexuel de la vie à deux

Les relations hétérosexuelles sont imprégnées du système patriarcal et de la domination masculine, notre porte-parole Céline Piques s’est exprimée au sujet du célibat dans Le Monde :

“Les débats sur l’injonction à la conjugalité sont très présents dans les milieux militants […] le célibat est consubstantiel au féminisme.”

De quoi rappeler la célèbre citation de Gloria Steinem “Une femme sans homme, c’est comme un poisson sans bicyclette.”

Un casque de réalité virtuelle contre les violences conjugales : le nouveau coup de com’ du gouvernement

Le ministère de la Justice a lancé des casques de réalité virtuelle afin que les agresseurs se mettent à la place des victimes et “prennent conscience de la gravité de leurs actes”.

Notre porte-parole Fabienne El-Khoury a dénoncé ce nouveau coup de com’ d’Éric Dupond-Moretti sur BFMTV : “Il faut plus de moyens pour les différentes étapes des démarches avant d’investir dans des gadgets. Il nous faut 1 milliard d’euros pour des mesures de fond, pour ouvrir des places d’hébergement et plus d’agents de police et de justice pour gérer le flux croissant des plaintes”.

Comment pouvons-nous espérer d’un ministre masculiniste et anti-féministe notoire de lutter contre les violences masculines, autrement que par de tels gadgets ?!

Manifestations pour l’extension du délai légal de l’avortement

À quelques jours de la journée mondiale pour le droit à l’avortement et face à la dégradation de l’accès à l’IVG dans différents pays comme la Pologne ou les États-Unis, nous avons manifesté un peu partout en France pour rappeler nos droits fondamentaux !

Dans le journal Libération, notre porte-parole Céline Piques a défendu la proposition de loi pour, notamment, allonger l’IVG de 12 à 14 semaines de grossesse et supprimer la “double clause de conscience” qui pèse sur l’IVG. “Il faut lever le tabou et faire enfin de l’IVG un acte médical comme les autres”. Retrouvez aussi son passage sur CNEWS.

D’autres manifestations ont eu lieu, notamment dans nos antennes à La Rochelle et à Lyon.

Manifestation IVG à Paris

Notre Petit guide pour une sexualité féministe et épanouie est sorti !

Ce livre, c’est avant tout un projet collaboratif que nous avons peaufiné avec sororité et bienveillance pour un résultat qu’on adore : un guide ultra complet, destiné à toutes les premières fois, qui aborde énormément de sujets autour des sexualités des filles et des femmes. Anatomie, désir, mythe du prince charmant ou du bon coup, IVG, réappropriation de nos corps… 

Anne Billows, l’illustratrice de notre livre, discute de sa création ici !

Elsa Labouret, co-autrice du livre est venue le présenter à la librairie Les Rebelles ordinaires à La Rochelle !

Soirée de lancement du livre des Frangines au Hasard Ludique (Paris)

Tribune : « Des hommes violent, violentent et tuent, et pourtant ce sont les féministes que l’on pointe du doigt »

Dans une tribune du Monde, notre porte-parole Ursula Le Menn a dénoncé l’inversion de la culpabilité des violences masculines sur les femmes. “C’est devenu une habitude, presque un passage obligé. Lorsque des violences masculines commises par des hommes musulmans ou issus de l’immigration font la « une » des médias, des éditorialistes et personnalités politiques convoquent immédiatement les féministes, les accusant tour à tour de silence ou d’inaction.”

“Les buts servis par cette rhétorique antiféministe sont multiples, d’une part diviser les féministes et policer notre parole, inverser la culpabilité de violences masculines sur des femmes et enfin instrumentaliser le mouvement féministe à des fins racistes et misogynes.”

La justice complice des pères agresseurs pour perpétuer les violences masculines

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Nîmes a retenu l’irresponsabilité pénale pour Emmanuel Hernandez, qui a tué ses deux enfants en août 2019 à Beaucaire dans le Gard. Et ce, bien que ce dernier ait minutieusement préparé son geste. Malgré cinq plaintes et mains courantes déposées par son ex-épouse durant les mois précédant les faits, la garde alternée avait été conservée par la justice.

Cette affaire s’inscrit malheureusement dans la tradition du traitement judiciaire réservé aux femmes et leurs enfants en cas de violences post-séparation, qu’elles soient économiques, psychologiques, sexuelles et/ou physiques. La conservation coûte que coûte par la justice des liens parentaux des pères violents est aussi un élément qui facilite les féminicides.

Retrouvez notre communiqué de presse sur le sujet. 

Alexandra Richard humiliée, niée et condamnée

Alexandra Richard vient d’être de nouveau condamnée en appel à 10 ans de prison pour homicide volontaire sur la personne de son conjoint violent, Sébastien Gest. Ce verdict inique et presque impossible à croire est tombé le samedi 23 octobre à 20h30. La Cour d’assise d’Évreux a rendu quasiment le même verdict qu’en première instance (novembre 2020). La justice refuse une nouvelle fois la légitime défense à une femme victime de violences conjugales.

Certaines de nos militantes ont assisté au procès et ont relevé les nombreux dysfonctionnements de ce dernier.

Ce procès s’est tenu de manière hors normes, l’avocat général, Patrice Lemonnier, a maintenu durant cinq jours une posture archaïque et patriarcale, volontairement provocatrice. Ce procès s’est déroulé dans une ambiance déplorable, avec le concours de la Présidente qui a laissé l’avocat général déborder tant qu’il le voulait, permettant par sa complaisance que soient tenus, dans l’enceinte d’un tribunal judiciaire, des propos intolérables, des prises à partie individuelles, des intimidations.

Retrouvez notre communiqué de presse et notre chronique judiciaire sur le sujet. 

Les médias en ont parlé ici, ici et .

Alexandra Richard a été condamnée à 10 ans de prison

Osez le Féminisme ! attaque l’émission Miss France aux prud’hommes pour faire valoir le droit du travail !

En lutte depuis plusieurs années contre ce spectacle rétrograde et sexiste, incarnation même de la femme-objet, notre association a attaqué l’émission Miss France en justice pour faire appliquer le droit du travail !

L’objectif principal de notre demande : la reconnaissance du lien de travail. Car si les candidates à la couronne ne signent aucun contrat, une jurisprudence de 2013 concernant son pendant masculin confidentiel, Mister France, a reconnu le lien de travail entre le candidat et TF1 Production.

Alyssa Ahrabare, notre porte-parole s’est exprimée sur le sujet dans les pages du Monde :  “Nous avons beau protester chaque année contre ce concours qui véhicule des valeurs sexistes, rien ne change jamais, cet effort de sensibilisation ne suffisant plus, nous avons décidé d’utiliser le droit pour faire avancer la cause des femmes.”

Notre action a notamment fait réagir la ministre à l’égalité femmes-hommes, Elisabeth Moreno, qui a jugé le concours “has been”, tout en ajoutant quand même que « Miss France fait partie de nos traditions et de notre culture  ». Le combat est encore long !

Nos revendications ont été relayées dans une multitude de médias et nos militantes ont parcouru les émissions de radio et les émissions TV pour communiquer sur notre action en justice, retrouvez une sélection de leurs apparitions ici, ici, , , et encore ici !

Notre action a eu un écho international, en effet elle a été relayée aux Etats-Unis, en Angleterre, en Belgique, en Italie ou encore en Afrique du Sud !

Retrouvez notre communiqué de presse sur notre site !

Osez le Féminisme ! attaque l’émission Miss France aux prud’hommes !

Osez le Féminisme ! 31 se mobilise pour faire décrocher les fresques pornographiques du CHU de Purpan

Osez le Féminisme ! 31 s’est mobilisé pour le décrochage de deux fresques pornographiques accrochées dans le réfectoire de l’internat du CHU de Purpan. Enora Lamy, militante d’OLF 31 raconte “Nous avons été alertées par des internes qui ne supportaient plus de déjeuner en face de cette peinture avilissante”

Les fresques carabines sont contraires au respect de la dignité humaine et aux valeurs portées par le service public ; elles ne peuvent qu’encourager des actes de violences à caractère sexuel et sexiste au sein des établissements. Ces fresques représentent une insulte pour toutes les femmes et qui n’a pas sa place dans le premier CHU de France.

Notre initiative a été relayée ici, ici et !